Risques industriels

 Un risque industriel majeur est un événement accidentel se produisant sur un site industriel et entraînant des conséquences immédiates graves pour le personnel, les populations avoisinantes, les biens ou l'environnement.

Les établissements les plus dangereux, dits SEVESO (ville italienne atteinte par une importante pollution chimique en 1976) sont soumis à une réglementation stricte et à des contrôles réguliers.

Que font les services de l'Etat ?

Pour les établissements industriels de type « Seveso », l'Etat élabore : 

  • des Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) qui précisent
    la nature, la localisation du risque et les règles d’urbanisme qui s’appliquent
    à ces zones
  • des Plans Particuliers d'Intervention (PPI) qui précisent les modalités d'alerte et l'organisation à mettre en place pour faire face à un accident industriel.

Par ailleurs, un contrôle des conditions d'entretien et de surveillance est assuré par les services de l'Etat auprès des exploitants, responsables du contrôle de premier niveau de la sécurité de leur établissement.
Les Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) s’appliquant aux sites industriels, relèvent de la loi du 30 juillet 2003 et concernent les établissements Seveso à « haut risque », dits Seveso « seuil haut » ou Seveso « Avec Servitude » (Seveso « AS »). En pratique, l’exploitant d’un établissement de ce type doit mettre en oeuvre toutes les mesures de sécurité permettant d’atteindre un niveau de risque aussi bas que possible, compte tenu de l’état des connaissances et des pratiques. La maîtrise des risques à la source constitue la première priorité.




A l’échelon national, sur les 621 établissements « AS » à réglementer, 124 ont été classés en priorité 1 et sont de ce fait les premiers sur lesquels les PPRT ont été lancés. Dans les Hautes-Pyrénées, 3 établissements industriels sont classés AS dans le département :

ARKEMA (Priorité 1) à Lannemezan- Fabrication d’hydrate d’hydrazine et des dérivés. Fabrique des Azoïques (initiateurs de polymérisation ou agents gonflants), des Triazoliques pour la pharmacie et l’agrochimie (matières actives).

arkema.jpg

GIAT (Priorité 2) à Tarbes
Activité pyrotechnique

giat.jpg

CECA (Priorité 2) à Pierrefitte-Nestalas Fabrication d’hypophosphite de sodium et
d'acide phosphorique

ceca.jpg

Le risque lié au transport de matières dangereuses

citerne.jpg

Une matière dangereuse est une substance qui, par ses propriétés physiques ou chimiques, ou bien par les réactions qu’elle est susceptible de mettre en oeuvre, peut présenter un danger grave pour l’homme, les biens et l’environnement.
Le transport de ces matières par voies routière, ferroviaire, aérienne, maritime, fluviale ou par gazoduc diffuse et étend ce risque par le caractère inflammable, toxique, explosif, corrosif ou radioactif de ces produits.

Comment prévenir et se protéger ? 

Avant

  • connaître le système d'alerte et les consignes à suivre au Plan Particulier d’Intervention (PPI) 

Pendant

  • reconnaître le système d'alerte
  • si l’on est témoin d'un accident industriel, donner l'alerte : 18 (pompiers), 17 (police) ou 15 (SAMU), en précisant si possible le lieu exact, la nature du sinistre (feu, fuite, nuage, explosion...), le nombre de victimes ...
  • s'il y a des victimes ne pas les déplacer (sauf en cas d’incendie)
  • si un nuage toxique approche, fuir selon un axe perpendiculaire au vent pour trouver un local
    où se confiner
  • se confiner dans un local clos
  • écouter la radio : les premières consignes seront données par radio (radio-France notamment)
  • ne pas téléphoner
  • maîtriser son comportement et apporter une aide aux personnes âgées et aux personne handicapées

Après

  • écouter et suivre les consignes données par la radio et les autorités, notamment avant de sortir
  • informer les autorités de tout danger observé
  • se mettre à la disposition des secours
  • apporter une première aide à ses voisins, enfants, personnes âgées ou handicapées en priorité